CONTEXTE ACTUEL

Durant les cinq dernières années les BTEC ont été amenées à réorienter leur stratégie de mobilisation exclusive de l’épargne locale en intégrant des fonds extérieurs convertis en crédits pour stimuler davantage l’action paysanne au vue de la demande grandissante et amorcer le renforcement de leurs capacités.

Deux ouvertures à des fonds extérieurs ont été enregistrées:

  • Les fonds du processus de recherche action, volet du programme GRNA avec un financement d'oxfam/Belgique.Ils sont injectés dans les BTEC et transformés en crédit pour les activités agro-pastorales des membres de 11 unions. Une partie des fonds est affectée à l’appui institutionnel de l’unité d’appui.
  • Les fonds du projet Yako-Gomposom avec financement CIVS.

Ces ouvertures engendrent la prise en compte de nouvelles procédures différentes de gestion traînant en filigrane les philosophies des partenaires financiers. Cela a été source de disfonctionnement dans certaines BTEC.

Par ailleurs elles créent des déséquilibres dans le système d’évolution d’ensemble des BTEC. Par exemple les des BTEC en charge des fonds placés par CISV jouissent de certains avantages à la différence des autres.

Avec les BTEC dans le programme GRNA un comité de surveillance au niveau du siège est mis en place pour examiner les dossiers de demandes de crédits des membres des unions bénéficiaires exclusivement. Or la réorientation stratégique par l’ouverture à des fonds est confirmée de fait.

Ainsi pour l'année 2005 les BTEC interviendront dans les activités des projets suivants :

  • Le projet de valorisation des ressources hydrauliques et d’appui à la production et commercialisation de produits agricoles ou appui à 7 unions des groupements Naam du Nord du Burkina Faso sur financement Union Européenne/Coopération Italienne. Dans ce cadre les BTEC auront pour mission de gérer les fonds destinés à des crédits pour les maraîchers. 7 BTEC sont ciblées.

  • Le programme de renforcement des greniers de sécurité alimentaire sur financement FSB

  • Le projet de lutte contre l’insécurité alimentaire sur financement UE. Des réflexions pour faire face à des questions d’harmonisation de procédure et autres stratégies doivent se faire
  • L' intégration du système warrantage.ser

La configuration due à l’évolution interne amenée par les facteurs ci-dessus décrits est à analyser avec le développement actuel des institutions œuvrant en matière de micro finance et dans le monde rural où la FNGN évolue.

L’implantation de réseaux de micro finance est régulièrement enregistrée dans la zone d’intervention des BTEC. On constate par ailleurs une diversification accrue de propositions de projets porteurs et novateurs dans les demandes de crédits adressées aux BTEC qui ne disposent pas de compétences avérées dans le domaine.